Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » DEA et Masters » Caractérisation microbiologique et moléculaire de différentes variétés de (...)

Caractérisation microbiologique et moléculaire de différentes variétés de niébé (Vigna unguiculata (L.) Walpers) : recherche d’idéotypes

Mémoire de fin d’étude Soutenu le 18 Juin 2009 à l’UCAD par Éric Olivier TIENEBO, Département de Biologie Végétale

Lire le Résumé :

L’optimisation et la stabilisation de la production agricole, sous la contrainte de la sécheresse et de la baisse de fertilité des sols, reste l’un des défis majeurs de l’agriculture dans les pays du Sahel. Dans cette optique, l’amélioration du niébé, requiert un intérêt majeur du fait de sa grande importance agronomique et socio-économique. L’étude des symbioses rhizobienne et mycorhizienne et l’utilisation des marqueurs moléculaires pourraient permettre, d’une part, d’améliorer l’adaptation du niébé aux stress hydrothermiques et ioniques ainsi que la fertilité des sols et, d’autre part, de déterminer la diversité génétique du niébé afin d’optimiser les programmes de sélection. Cette étude renseigne sur des paramètres de symbiose à Bambey et Potou, situées respectivement dans les zones agroclimatiques sahélo-soudanienne et sahélienne, ainsi que sur la corrélation entre la mycorhization et la nodulation. Elle identifie également les meilleurs marqueurs SSRs pour la caractérisation génétique des variétés de l’étude, détermine les corrélations probables entre ces marqueurs ségrégants et les paramètres de symbiose et enfin détermine la variabilité existante entre les 10 variétés de l’étude à savoir : 58-57, 58-74, Yacine, Diongoma, Mélakh, Mouride, Ndiaga-Aw, Mougne, Bambey 21 et ISRA-2065. Les paramètres étudiés sont le potentiel mycorhizogène des sols de culture, la fréquence et l’intensité de mycorhization, la nodulation en plus de la caractérisation génétique du matériel végétal avec 10 marqueurs SSRs. Le potentiel mycorhizogène des deux sites est relativement faible. La fréquence et l’intensité de mycorhization, relativement élevée, ne sont pas significativement différentes entre les deux sites et entre les variétés. La discrimination entre les sites a été observée dans la nodulation avec le site de Potou où les différentes variétés ont eu des comportements contrastés. Ainsi, la variété Mélakh a indiqué la plus grande valeur suivie du groupe de variétés constitué d’ISRA-2065, Yacine, Bambey 21 et la variété Mouride qui a présenté la valeur la plus faible. La corrélation entre la mycorhization et la nodulation a été positive. Les marqueurs microsatellites ont présenté des niveaux de polymorphisme assez importants et une association significative entre les loci marqueurs VM12, VM17, VM22, VM30, VM39 et VM55 et l’intensité de mycorhization ainsi que le nombre de nodules a été révélée. Cependant, à ce niveau d’analyse, il est prématuré de parler de QTL mais juste de marqueurs qui sembleraient intéressants pour une telle étude. Les perspectives de cette étude sont l’obtention de souches de symbiotes microbiens et l’identification des couples idéotypes « variété de niébé / symbiote microbien » les plus contrastés génétiquement afin de développer des populations ségrégantes appropriée pour la recherche de QTLs du niébé associés à la symbiose microbienne.

Mots clés : niébé, symbiose mycorhizienne et rhizobienne, meilleurs marqueurs SSRs, idéotypes, production agricole, sécheresse, fertilité des sols, Sahel, Sénégal