Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » Articles scientifiques » Étude et prise en compte en modélisation de l’effet de la latitude sur la (...)

Étude et prise en compte en modélisation de l’effet de la latitude sur la réponse à la photopériode chez divers génotypes de mil (Pennisetum glaucum (L.) R. Br.) du Sénégal

Kouakou et al J. Appl. Biosci. 2013. Kouakou1,2,4 PK, Muller1,3,6 B, Guissé2 A, Yao4 RN, Fofana5 A, Cissé1 N

Résumé : L’étude a porté sur la caractérisation des variations de cycles de différents génotypes de mil cultivés
au Sénégal sous différentes latitudes et l’amélioration de la modélisation de leur réponse à la photopériode.
Méthodologie et résultat : Des essais à plusieurs dates de semis (12 juin, 10 juillet et 08 août) ont été conduits
en 2012 sur 3 sites (Ndiol, Bambey et Kolda) au Sénégal dans un dispositif en blocs complets randomisés à 3
répétitions, et sous de bonnes conditions d’alimentation hydrique et de fertilité. Le matériel végétal était
composé de 2 variétés améliorées, de type Souna, et de 6 écotypes locaux dont 2 de type Souna et 4 de type
Sanio, qui ont été collectés suivant un gradient latitudinal nord-sud en mai 2011. Une caractérisation des
durées semis-feuille drapeau de ces génotypes a été faite en fonction des dates de semis et de la latitude. Le
modèle Impatience a été paramétrée puis utilisé pour simuler les dates d’initiation paniculaire sur les sites. Les
résultats ont montré que les durées semis-feuille drapeau diminuaient avec les semis tardifs et augmentaient
avec la latitude, avec une différence entre sites plus marquée pour les semis précoces. Le paramétrage du
modèle Impatience obtenu à Bambey ne permettait pas de simuler correctement les durées de la phase
végétative à Ndiol et à Kolda. Une équation de correction a été proposée pour estimer les paramètres du
modèle à Ndiol et à Kolda en prenant en compte les latitudes de ces sites et le paramétrage du modèle à
Bambey. Cette procédure a permis de simuler correctement les dates d’initiation paniculaire de ces sites avec
des valeurs de RMSE proches de celles obtenues si le paramétrage spécifique de chacun de ces sites était
utilisé.
Conclusion et application : Cette étude a permis de montrer que la plupart des variétés traditionnelles,
précoces comme tardives, sont plus ou moins photosensibles. La méthode de correction du Psens proposée a
permis d’améliorer les performances du modèle. Ce résultat trouve une application opérationnelle en
modélisation des cultures et ses applications dont la prévision agricole.
Mots clés : Latitude, Photopériode, Modélisation, Pennisetum glaucum (L.) R. Br.), Modèle SarraH, Sénégal