Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » DEA et Masters » Etude de la variabilité des rendements du maïs en milieu paysan dans la zone (...)

Etude de la variabilité des rendements du maïs en milieu paysan dans la zone sud du Département de Tambacounda

Mémoire de fin d’études soutenu par M.Ousmane Thiam en Février 2009 à l’ISFAR.

Résumé
Le projet international AMMA (Analyses Multidisciplinaires de la Mousson Africaine) vise à développer des stratégies d’adaptation compatibles qui peuvent être intégrées dans les politiques de développement des pays. Dans ce contexte, il s’intéresse à l’évolution des rendements en milieu paysan et à leur cause de variabilité. C’est dans ce cadre que nous avons réalisé notre étude au cours de l’hivernage 2008 dans la Communauté Rurale de Missirah dans la partie sud du département de Tambacounda. Les objectifs visés par ce travail étaient de caractériser la variabilité des rendements en maïs paysans au sein de 5 villages ; mais aussi de caractériser les principaux facteurs pouvant expliquer les valeurs de ces rendements ; à savoir les conditions climatiques et édaphiques, les pratiques culturales, les ennemis des cultures et les aléas de toutes sortes. Pour ce faire un échantillon de 177 parcelles réparties dans cinq (5) villages que sont Bira, Fougoulou, Hamdallaye Pont, Médina Dian et Saroudia. L’échantillon compte 42 % de champs de case contre 58 % de champs de brousse. Les groupes ethniques qui ont été identifiés à l’issue des enquêtes sont de 64 % de peulhs, 26 % de Djakhanké, 9 % de Mandingues et 1 % des autres. Il s’agit en fait de relever l’itinéraire technique complet (de la préparation à la récolte) des parcelles de maïs suivies de l’unité de production selon les pratiques du paysan. Les densités puis les rendements sont mesurés avec la mise en place des placettes dont le rendement moyen placette par parcelle est déterminé. Les effets de blocs, de types de champ, de la fertilité, de précédent cultural ; et même ceux cumulés pour 2 variables sont tous examinés pour déterminer le rendement moyen. Les pratiques qui ont révélé les meilleurs résultats à l’issue de cette étude sont : la culture du maïs à priori dans les champs de case, l’utilisation du fumier ou parcage accompagnée du labour ou à défaut du grattage, l’association de précédent cultural arachide- parcage, et la lutte physique (sarclage).

Mots-clés : Maïs, AMMA, Variabilité, Fumure, Fertilité, Densité, Type de maïs, Association, Rotation, Pratiques paysannes