Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » Thèses » Etude de la diversité génétique, de la variabilité agro-morphologique et (...)

Etude de la diversité génétique, de la variabilité agro-morphologique et écophysiologique de Jatropha curcas L. au Sénégal

Par M. Bassiaka OUATTARA, thèse présentée pour l’obtention du Doctorat en Biologie-Physiologie et Pathologies Végétales, à l’Ecole Doctorale Sciences de la vie, de la santé et de l’environnement de l’UCAD, Spécialité : Ecologie et Agroforesterie, soutenue le 25 Décembre 2013.

Résumé :
Au Sénégal, l’intérêt manifesté pour Jatropha curcas L. (J. curcas) résulte de la volonté de l’Etat de
réduire sa dépendance vis-à-vis des énergies fossiles, en développant des sources d’énergie
alternatives pour satisfaire la demande énergétique nationale et réduire sa facture pétrolière.
Toutefois, le manque de matériel végétal adéquat risque de compromettre l’espoir suscité par la
culture de J. curcas. La caractérisation du matériel végétal local peut aider à dégager des pistes
d’amélioration de l’espèce. Ainsi, nous avons collecté et caractérisé 82 accessions de J. curcas
issues de différentes zones agro-écologiques du Sénégal. Le poids 100 graines a varié de 63,68 à
77,83 g et la longueur de 17,89 à 19,15 mm avec les valeurs les plus élevées enregistrées dans les
accessions de la Casamance où J. curcas est populaire et largement répandu. La capacité
germinative des graines a varié de 0 à 93% suivant les accessions et les meilleures germinations
ont été observées avec les graines les plus pesantes. Sur un substrat sablo-argileux, la capacité
germinative des graines de J. curcas est améliorée par l’immersion dans l’eau, 12 heures avant
semis, et le maintien du substrat à 50% de la capacité au champ. L’analyse de la diversité
génétique à l’aide de 35 marqueurs microsatellites a révélé que les 82 accessions locales ainsi que
21 accessions collectées à travers le monde étaient génétiquement identiques à l’exception de
deux accessions du Burkina Faso. La transpiration foliaire a été corrélée positivement à la
variation journalière du déficit de pression de vapeur avec un pic moyen de 0,065 g H2O H-1 cm-2
enregistré entre 13 h 30 mn et 14 h 30 mn. Le seuil de la fraction transpirable d’eau du sol ou
FTSW à partir duquel on a observé une réduction progressive de la transpiration a varié entre
0,30 et 0,44 suivant les accessions. Le stress hydrique a affecté négativement la croissance des
plants en limitant le rythme d’émission foliaire et a entrainé la sénescence des feuilles. Le niveau
de tolérance à la sécheresse des accessions de J. curcas n’est pas fonction des sites de collecte.
L’aptitude de J. curcas à se développer dans différentes zones agro-écologiques repose plus sur une
forte plasticité écologique que sur de la variabilité génétique ce qui réduit les possibilités
d’amélioration à partir du matériel local. L’introduction de nouveaux matériels végétaux à partir
du centre d’origine pour élargir la base génétique de l’espèce au Sénégal est à encourager.

Télécharger la thése