Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » Articles scientifiques » Ecological and human impacts on stand density and distribution of tamarind (...)

Ecological and human impacts on stand density and distribution of tamarind (Tamarindus indica L.) in Senegal

Sali Bourou1,*, Colm Bowe2, Macoumba Diouf1 and Patrick Van Damme3

Résumé
En Afrique subsaharienne, les espèces d’arbres fruitiers
indige`nes tels que le tamarinier (Tamarindus indica L.)
servent traditionnellement à constituer un effet de résilience
dans le système de production agricole en termes
de sécurité alimentaire, de source de revenus et de stabilité
de l’écosystème. C’est pourquoi il est indispensable
d’améliorer nos connaissances de leur écologie et de leur
distribution. Les tamariniers sont principalement cultive´s
pour leurs fruits mais leur bois est aussi de grande
valeur. La pulpe des fruits contient une quantité élevée
de vitamine B et on la consomme fraîche ou en confiture,
en chutney, en jus et en friandises. Les fleurs, les feuilles
et les graines sont aussi comestibles et entrent dans la
composition de nombreux plats. L’objectif principal de
cette étude est d’évaluer la densité actuelle de tamariniers
au Se´ne´gal et les effets des changements climatiques sur
leur distribution pour trouver de meilleures stratégies de
conservation. La distribution et la densité des tamariniers
autour des villages ont été rapporte´es et mode´lise´es dans
différentes zones agro-écologiques du Sénégal en recourant
a` la méthode des transects, avec des donne´es de
climat actuel et futur. On a mode´lise´ la distribution selon
deux scénarios de climat futur en utilisant quatre mode`
les de donne´es climatiques et trois échéances chronologiques
(2020, 2050 et 2080). Les résultats montrent
un gradient de´croissant de la densité des arbres (de 7 à 1
arbre/km²) de la zone agro-écologique soudanienne (au
sud) au Sahel ( au nord). Les prédictions climatiques pour l’avenir montrent que meˆme si la distribution des
tamariniers va s’augmenter dans le nord-ouest et le sud
du pays en 2020, la surface identifie´e comme propice a`
sa croissance aura fortement diminue´ en 2050. Des
zones du bassin du nord-ouest semblent être un important
refuge pour l’espèce dans les conditions climatiques
qui prévaudront dans le futur. Cependant, on a trouve´
que la densité autour des villages de cette région e´tait
relativement faible, ce qui indique qu’elle pourrait
entraîner des problèmes de faible connectivité et une
de´pression due a` l’effet inbreeding. Il faudrait donc
souligner que cette région est importante pour des
stratégies de gestion et de protection conservatoires du
tamarinier.