Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » Thèses » Contribution à l’amélioration de la prévision agricole au Sénégal par (...)

Contribution à l’amélioration de la prévision agricole au Sénégal par l’utilisation de modèles de culture. Prise en compte de la sensibilité à la photopériode des variétés et de la fertilité dans les parcelles d’agriculteurs

Par M. Patrice Koffi KOUAKOU, thèse présentée pour l’obtention du Doctorat en Biologie, Physiologie et Pathologies végétales
Spécialité : Production et Protection des végétaux, à l’Ecole Doctorale Sciences de la vie, de la santé et de l’environnement de l’UCAD, soutenue le 20 Décembre 2013.

Résumé : La thèse a pour objectif de contribuer à améliorer la prévision des rendements du mil au Sénégal par
l’utilisation de modèles de culture. Deux modèles écophysiologiques à base bilan hydrique (SARRA-H et
CELSIUS) ont d’abord été calés et validés sur les principaux cultivars du Sénégal (Souna, Sanio, Thialack),
dont la plupart sont photopériodiques. Des écarts importants entre rendements simulés et rendements des
agriculteurs ont été observés dans l’utilisation de ces modèles pour la prévision en condition paysanne.
L’analyse des écarts de rendement a révélé que ces écarts étaient dus en partie au faible niveau de fertilité
des parcelles paysannes. Un modèle plus complexe, CERES-Millet, capable de gérer en plus l’interaction
eau-fertilité, a donc été utilisé dans un second temps. Malgré de nombreux problèmes liés au calage de la
biomasse et du développement de la surface foliaire, il a été correctement calé et validé en station sur le
rendement en grain. Cependant, des écarts importants entre rendements simulés et rendements des
agriculteurs subsistaient en condition paysanne. L’option de prendre en compte le faible niveau de fertilité
des parcelles, à travers la baisse du facteur de fertilité (SLPF), a permis d’obtenir des résultats acceptables et
meilleurs que ceux obtenus en faisant baisser dans le même but le coefficient de conversion de l’énergie en
biomasse de SARRA-H et de CELSIUS. Cependant, il conviendrait d’améliorer le fonctionnement de
CERES-Millet et de poursuivre l’exploration des modalités d’ajustement du coefficient SLPF en fonction des
conditions édaphiques en vue de bonnes prévisions.
Mots-clés : Modèle de culture, Photopériodisme, Prévision des rendements, Écarts de rendement,
Pennisetum glaucum (L.) R. Br., Sénégal.

Télécharger la thése