Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » DEA et Masters » Caractérisation des cycles de développement de variétés de mil (Pennisetum (...)

Caractérisation des cycles de développement de variétés de mil (Pennisetum glaucum L.) de diverses origines sous des lattitudes différentes

Mémoire de fin d’études présenté et soutenu par M. Idrissa Touré en Février 2013, pour l’obtention du Diplôme d’Ingénieur des Travaux Agricoles (ITA), à l’ISFAR de Bambey.

Résumé : Le photopériodisme est un caractère primordial d’adaptation du mil au climat de la zone soudano-sahélienne. Notre étude a consisté à caractériser l’effet de la latitude sur l’expression du photopériodisme de dix variétés de mil (Souna3, Thialack2, PE08030, ICMVIS89305, Souna Back fassagal, Souna Diana Bah, Sanio Séfa, Sanio Koutima, Sanio Maka Hamdallai et Sanio Allahbougou). Ainsi, un essai a été mis en place sous trois latitudes différentes : Kolda (12°52’N), Bambey (14°42’N) et Ndiol (16°30’N). Pour chaque site, les mêmes variétés ont été utilisées. Le dispositif était en blocs complets randomisés à un facteur (la variété) à 3 répétitions. Le même dispositif a été repris à quatre dates de semis à un mois d’intervalle sur l’ensemble des sites. Les observations ont porté principalement sur les dates de ligulation de la feuille drapeau. Les relevés pluviométriques ont été effectués et des irrigations complémentaires ont été faites aux besoins. Les durées semis-feuille drapeau des variétés diminuent au fur et à mesure que le semis est retardé. Toutes les variétés testées sont plus ou moins sensibles à la photopériode. Les résultats ont montrés que la latitude n’a pas d’effet sur le coefficient de photopériodisme des variétés. Les variétés ont un Kp plus élevé quand elles se trouvent au site de Bambey (14°52’N) que quant elles sont au site de Ndiol (16°30’N). En d’autres termes, les variétés se sont comportées plus photosensibles en basse latitude qu’en haute latitude. En comparant les longueurs des cycles, exprimées en sommes de températures (degré jour) on constate que plus on sème tard, plus les durées des cycles diminuent, surtout pour les variétés sanios qui à la fin ont même les cycles pratiquement de la même longueur que les sounas. Ce raccourcissement des cycles s’explique par la réponse des plantes à la photopériode. Les sanios sont très photopériodique mais aussi toutes les variétés sont photopériodiques. Les analyses de variance ont montré que seuls les effets variétés et dates de semis sont significatifs au seuil de 5%. Le test de Tukey montre que les variétés 7, 9, 10 et 8 présenteraient les durées semis-ligulation feuille drapeau les plus longues et les variétés 3, 1, 5 ont les durées les plus courtes tandis que les autres variétés ont des durées intermédiaires.

Mots clés : mil, phénologie, photopériodisme, latitude, date de semis, Sénégal.