Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » DEA et Masters » Caractérisation de la dynamique de développement de la biomasse aérienne de (...)

Caractérisation de la dynamique de développement de la biomasse aérienne de quatre idéotypes de sorgho soumis à des apports contrastés d’engrais à Nioro

Mémoire présenté par M. Espoir Koudjo GAGLO Pour l’obtention du diplôme d’ingénieur agronome Spécialisation : Productions Végétales Soutenu le 28 Avril 2016 à l’ Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture (ENSA)

Résumé
Les céréales à l’instar du sorgho jouent un rôle important depuis des siècles dans l’alimentation des populations situées dans les régions tropicales semi-arides. Malheureusement, la productivité du sorgho reste affectée par la variabilité pluviométrique et les contraintes liées à la fertilisation dans un contexte de variabilité et de changement climatique. Cette étude a pour objectif de caractériser la dynamique de développement des biomasses aériennes de quatre idéotypes de sorgho soumis à des apports contrastés d’engrais. L’expérimentation a été conduite dans la station de recherche de l’ISRA de Nioro du Rip située dans la région de Kaolack. La pluviométrie enregistrée en 2015 est de 1042,8 mm. Le dispositif utilisé est un split-plot à deux facteurs : « idéotype » à 4 niveaux et « fertilisation » à 5 niveaux ; et quatre répétitions. Les modalités de fertilisation sont : T1 (Pas d’apport), T2 (150 kg ha-1 NPK+50 kg ha-1 N+50 kg ha-1 N), T3 (1/2 T2) et deux tardifs T4 (T2 décalé), T5 (T3 décalé). La hauteur de la plante, le nombre de talles, l’indice de surface foliaire (LAI), le poids de matière sèche des pailles au cours du cycle et à la récolte et le nombre de panicules par plante ont été pris. Les résultats de cette étude ont montré que les idéotypes IS15401 et Fadda ont une croissance plus rapide et sont de plus grande taille que les deux autres idéotypes. Il en est de même pour leur production de biomasse qui est 716 g m-2 et 1034,4 g m-2 et de leur surface foliaire qui est de 3,1 et 2,91 respectivement à la floraison. En revanche à la récolte la variété locale 621-B (1044,3 kg ha-1) et Fadda (1499,2 kg ha-1) ont obtenu les meilleurs rendements. L’IS15401 a été la moins productive tant pour la biomasse à la récolte (6478,7 kg ha-1) que pour le rendement en grains (517 kg ha-1). Les résultats indiquent des différences significatives pour la croissance et le rendement en grain entre les modalités de fertilisation. Les paramètres de croissance tels que la hauteur floraison (228,9 m), l’indice de surface foliaire (2,6), le nombre de talles (3) et le rendement en grain (1448 kg ha-1) se sont mieux exprimés avec la dose T2. Les doses T3 et T4 ont donné des réponses similaires. Les plus faibles effets ont été obtenus avec le témoin et l’apport tardif T5. Les deux apports tardifs s’étaient moins exprimés durant le cycle au regard de la quantité élevée apportée à la montaison.


© 2014 CERAAS copyright