Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Publications » DEA et Masters » Besoins en eau, croissance et productivité chez le type botanique ramifié du (...)

Besoins en eau, croissance et productivité chez le type botanique ramifié du Sesame (Sesamum indicum L.) en zone semi aride du Sénégal

Présenté par M Seyni Boureima pour l’obtention du diplome d’ingénieur agronome SPECIALISATION : PRODUCTIONS VEGETALES Soutenu le 17 février 2005

RESUME

Le sésame (Sesamum indicum L.) est une plante oléagineuse alimentaire présentant une valeur nutritionnelle élevée (acides gras : 45 à 55%, protéines : 19 à 25%, vitamines : B, E…, minéraux : Ca, K, Mg , P…) et une haute valeur ajoutée. Au Sénégal, sa culture dont la promotion constitue une priorité pour les pouvoirs publics dans le cadre des stratégies de lutte contre la pauvreté suscite de nos jours un réel engouement auprès des populations rurales. Ce travail a été réalisé dans le but de contribuer à l’amélioration de la production par l’extension de la culture à d’autres zones agro-écologiques d’une part, et de fournir un référentiel pour le pilotage de l’irrigation et le développement de la culture irriguée par une gestion rationnelle de l’eau (besoins en eau, coefficient culturaux pour les principales phénophases du cycle) d’autre part. L’expérimentation a été menée en zone semi‑aride (CNRA, Bambey) et a porté sur des génotypes appartenant au type botanique ramifié : la variété 32‑15 pour le sous-type semi‑ramifié et la variété Primoca pour le sous-type très ramifié. Un dispositif en split plot a été utilisé avec comme facteurs étudiés le régime hydrique à deux (2) niveaux en grandes parcelles et la variété à deux (2) niveaux en petites parcelles. Les résultats obtenus à partir du suivi phénologique et des paramètres de croissance mesurés au cours du cycle ont permis d’une part, de dégager quatre (4) principales phénophases et d’autre part, de montrer que le développement végétatif est plus important chez la variété Primoca que chez la variété 32‑15. L’analyse statistique n’a pas permis de montrer de différences significatives entre les traitements chez la variété 32‑15 ; les régimes hydriques ayant été confondus et voisins de l’évapo‑transpiration maximale (ETM) en raison d’une répartition satisfaisante de la pluviométrie en cours de culture. Les besoins en eau ont été évalués à 440 mm pour la variété 32-15 et 600 mm pour la variété Primoca avec des coefficients culturaux de 0,77 et 0,79 pour la phase d’installation, de 0,91 pour la phase végétative, de 0,93 et 1,25 pour la phase reproductive puis de 0,84 et 0,60 pour la phase de maturation respectivement pour la variété semi-ramifiée 32‑15 et très ramifiée Primoca. Une forte corrélation positive a été mise en évidence entre la consommation en eau, l’indice foliaire (LAI), le nombre de rameaux primaires, la hauteur de la plante à maturité et le poids sec des tiges. Une interaction significative variété x régime hydrique a été décelée pour le nombre de capsules par plante (NCP) et le rendement en graines (RDTG). La variété Primoca a donné un NCP supérieur (115 capsules plant‑1) à celui similaire des autres traitements (69 capsules plant‑1). En condition ETM, les deux (2) variétés ont présenté un RDTG similaire de 741 kg ha‑1 et équivalent à celui de la 32‑15 en régime pluvial strict tandis que la Primoca a donné un rendement plus faible (233 kg ha-1) en régime pluvial strict. Pour la variété 32‑15, ce rendement obtenu en condition ETM et inférieur au rendement potentiel (voisin de 1 500 kg ha-1) est lié à l’invasion acridienne pendant la phase de maturation. D’ailleurs, cette variété a un poids de mille graines (PMG) et une efficience d’utilisation de l’eau (EUEGr) plus élevés (3,9g ; 1,75 kg ha‑1 mm‑1) que ceux de Primoca (2,8g ; 0,85 kg ha‑1 mm‑1). Les résultats obtenus peuvent constituer un référentiel pour le pilotage de l’irrigation pour la culture du sésame en zone irriguée.
Mots-clés : bilan hydrique, croissance, productivité, type botanique, sésame (Sesamum indicum L.), Sénégal.