Français"; else echo "English"; ?>
Accueil | Français » Nos Activités » Programmes et Projets » Mini-sites » Le WAAPP » 1.Présentation générale du WAAPP

1.Présentation générale du WAAPP

Le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP), initié par la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au profit des pays membres, avec l’appui financier de la Banque Mondiale (IDA), est un Prêt Programmatique Adaptatif Régional (PPA/APL) d’une durée de dix (10) ans, à raison de deux (2) phases de cinq (5) ans chacune.

PRESENTATION

Le Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP), initié par la Communauté Economique Des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) au profit des pays membres, avec l’appui financier de la Banque Mondiale (IDA), est un Prêt Programmatique Adaptatif Régional (PPA/APL) d’une durée de dix (10) ans, à raison de deux (2) phases de cinq (5) ans chacune.

La Phase 1, phase d’initiation, vise à mettre en place le cadre du programme en ce qui concerne les mécanismes pour le partage des technologies, l’établissement de centres nationaux de spécialisation (CNS) et le financement de projets de recherche agricole sur base compétitive.

La phase 2, phase d’expansion, met l’accent sur le renforcement des centres nationaux de spécialisation et leur transformation en Centres régionaux d’Excellence (CRE), la consolidation des systèmes de diffusion et d’adoption des technologies et le développement d’un nombre croissant de technologies.

Le PPAAO/WAAPP est conçu pour rendre l’agriculture plus productive et pérenne, pour améliorer les conditions de vie des consommateurs par la mise à disposition de produits agricoles à prix compétitifs et pour soutenir la coopération régionale en matière d’agriculture en Afrique de l’Ouest conformément aux plans d’actions des cadres de la politique agricole de la CEDEAO/ECOWAP et du NEPAD/PDDAA. Il vise à contribuer à l’atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) à l’horizon 2015 à travers une croissance importance du PNB agricole.

L’approche adoptée pour le PPAAO/WAAPP repose d’une part, sur l’intégration et l’harmonisation des politiques agricoles nationales et d’autre part, sur l’établissement de liens étroits entre la recherche, la vulgarisation, les producteurs et les opérateurs privés. Il est mis en œuvre à travers des groupes de pays dénommés série A, B, C et D.

La série A ou phase pilote dénommée PPAAO/WAAPP A couvre le Ghana, le Mali et le Sénégal ; la série B ou PPAAO/WAAPP B comprend le Nigéria, le Burkina Faso et la Côte d’Ivoire ; la série C ou PPAAO/WAAPP C inclut le Bénin, la Gambie, la Guinée Conakry, le Libéria, le Niger, la Sierra-Léone et le Togo ; et la série D (en préparation) devra regrouper le Cap Vert, la Guinée Bissau et la Mauritanie1


OBJECTIFS DU PROGRAMME

L’objectif général du PPAAO/WAAPP est de contribuer de façon durable à l’accroissement de la productivité agricole des filières prioritaires nationales et régionales susceptibles d’accroitre le taux de croissance agricole des pays participants pour l’amener à 6%. Ces filières ont été définies dans l’étude quantitative IFPRI/CORAF réalisée en 20062. Il s’agit des racines et tubercules, bétail, riz, céréales sèches, fruits et légumes, oléagineux et spéculations d’exportations (coton, café/cacao).

Pour le Sénégal, les filières retenues sont :
Le système de cultures à base de céréales sèches (mil, maïs, sorgho et fonio) et des cultures associées (arachide, niébé et sésame) ;
les filières lait et viandes et :
les filières horticoles (oignon, mangue et tomate).

Plus spécifiquement, le PPAAO/WAAPP vise à (i) générer, développer et diffuser à large échelle des technologies améliorées dans les filières prioritaires retenues pour le pays ; (ii) diffuser les technologies améliorées de production, de transformation et de valorisation des spéculations ciblées aux plans national et sous-régional en vue de faciliter leur accès par les producteurs agricoles, les agro-industries et tous autres utilisateurs ; (iii) rendre fonctionnel le Centre National de Spécialisation dont l’Agence d’Exécution est le Centre d’Etude Régional pour l’Amélioration de l’Adaptation à la Sécheresse (CERAAS) de l’Institut Sénégalais de Recherche Agricole (ISRA) pour la productivité des céréales sèches (mil, maïs, sorgho et fonio) et les cultures associées (arachide, niébé et sésame)

RESULTATS ATTENDUS DU PROJET

La finalité du programme dans une échéance à dix (10) ans est d’augmenter la productivité de 25% pour les filières majeures des pays participants. Pour cela, les résultats de développement attendus sont les suivants :

au moins 700.000 bénéficiaires directs sont atteints dont 40 % de femmes ;

140 000 bénéficiaires utilisent les technologies générées par les autres pays du programme ;

au total 26 technologies (18 en phase 1 et 8 en phase 2) permettant une augmentation de la productivité d’au moins 15% par rapport au témoin sont générées par le projet (CNS et fonds compétitifs nationaux) ;

80% des producteurs utilisateurs ont une connaissance des technologies générées et/ou diffusées dans le cadre du programme ;

500 000 ha sont couverts par les technologies générées et/ou diffusées par le projet ;

au moins 420 000 producteurs et/ou transformateurs représentant 60 % des bénéficiaires directs ont adopté au moins une des technologies générées et/ou diffusées dans le cadre du programme.

MISE EN ŒUVRE DU PROGRAMME

Elle est fondée sur une répartition des rôles et des responsabilités entre le Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricole en Afrique (CORAF/WACARD) chargé de la coordination sous-régionale du programme et l’Unité de Coordination Technique et Fiduciaire (UCTF) mise en place au niveau national par le Ministère en charge de l’Agriculture qui en est le maître d’ouvrage.

Au niveau national le PPAAO/WAAPP est structurée en quatre (4) composantes :

Composante 1 : Conditions propices à la Coopération sous-régionale en matière de Développement et de Diffusion de Technologies.
Elle vise à renforcer (i) les mécanismes et les procédures gouvernant l’enregistrement, la diffusion et l’application des règlements communautaires de la CEDEAO sur les semences, les pesticides, les engrais et les produits vétérinaires ; (ii) le fonctionnement des comités nationaux chargés de leur enregistrement ; et (iii) le système d’information et de communication sur les technologies agricoles, l’intégration du genre, l’adaptation au changement climatique et la prise en compte des mesures de sauvegarde environnementale et sociale. Cette composante est mise en œuvre par l’Unité de Coordination Technique et Fiduciaire (UCTF) sous la tutelle du Ministère de l’Agriculture et de l’Equipement Rural en partenariat avec les services techniques indiqués (Direction de l’Agriculture et sa Division des Semences, la Direction de la Protection des Végétaux, la Direction des Services Vétérinaires).

Composante 2 : Centre National de Spécialisation (CNS).

Elle vise à renforcer la conformité des priorités nationales avec les priorités régionales dans le cadre des systèmes nationaux de recherche agricole (SNRA) des pays membres. Ce renforcement est fait pour conférer un avantage comparatif en matière de R&D par rapport aux autres pays membres dans un domaine bien précis et en leur faisant bénéficier celui‐ci. Elle met l’accent sur les éléments clés suivants (i) le renforcement des ressources matérielles (équipements et infrastructures) et humaines (chercheurs et personnel d’appui) du CNS, et (ii) la subvention de programmes de recherches & développement sur les céréales sèches (mil, maïs, sorgho et fonio) et les cultures associées (arachide, niébé et sésame). La composante est exécutée par le CERAAS.

Composante 3 : Financement à la demande du développement, de la
diffusion et l’adoption des technologies améliorées.
Elle comporte des appuis pour le renforcement (i) du système de fonds compétitif (FC) pour le développement de technologies agricoles par la recherche & développement et pour la diffusion accélérée et l’adoption à grande échelle des technologies, et (ii) de la production et de la disponibilité de semences certifiées. Cette composante est exécutée par le Fonds National de Recherche Agricole et Agroalimentaire (FNRAA) à travers des appels à propositions de projets.

Composante 4 : Coordination, Gestion et Suivi & Evaluation du projet.
Elle vise à mettre en place une structure et des instruments efficaces de coordination, de gestion et de suivi & évaluation du PPAAO/WAAPP aux niveaux national et régional. En outre, le programme aide à l’établissement de mécanismes de coordination entre le niveau régional et les pays participants. Elle met l’accent sur le renforcement des systèmes de (i) gestion fiduciaire du projet ; (ii) Suivi & Evaluation ; et (iii) communication et d’information. La composante est exécutée par l’Unité de Coordination Technique de Fiduciaire.

PRINCIPAUX BENEFICIAIRES

Les trois principaux groupes de bénéficiaires sont identifiés.

1) Les producteurs agricoles, les agroindustriels et les acteurs de l’agroalimentaire en tant qu’utilisateurs des technologies améliorées sont les premiers bénéficiaires du programme ;
2) Les chercheurs, les projets et programmes, les services techniques, les agences de vulgarisation et les universités qui sont les principaux acteurs du développement et de la dissémination des technologies ;
3) Les consommateurs de la région, particulièrement ceux affectés par l’extrême pauvreté sont les bénéficiaires finaux du WAAPP.